Matis

Matis, solution : Mandat de Gestion

Avec un chiffre d'affaires de 21 M€ et un effectif de 120 collaborateurs, Matis est devenue en bientôt trente ans une belle réussite de la cosmétologie, restée à 100 % familiale. Bruno Herbin, Directeur Administratif et Financier de Matis présente la société, ses activités et ses perspectives de développement.

Spécialisée dans les soins professionnels de beauté, la marque Matis existe sur le marché depuis 1981. L'origine de la société Matis remonte à la fin des années 70, avec la reprise par la famille Camboulive Delalande d'un laboratoire dont le nom était à l'époque Mavromatis. C'est en 1981 que la raison sociale de la société devient Matis. Il est intéressant de relever que les deux éléments forts de l'entreprise existaient dès son origine : un savoir-faire attaché à la production de ses produits dans son propre laboratoire et une activité principalement tournée à l'international.

S'agissant de notre activité, elle est concentrée en grande partie sur la production et la commercialisation de soins de beauté professionnels diffusés auprès des instituts de beauté. Elle se déploie sur le marché international pour 83 % de notre chiffre d'affaires et, en France, pour 17 %. Nous avons également une usine ainsi que des laboratoires situés en région parisienne où sont fabriqués la majorité de nos produits pour le visage et pour le corps.

Vous diriez donc que votre spécificité forte repose sur votre capacité à créer vous-mêmes vos produits ?

Indéniablement, le développement de Matis est historiquement lié à sa capacité de créer des produits dans ses propres laboratoires. Nous développons actuellement entre 15 et 20 nouvelles références par an et nous travaillons continuellement sur le renouvellement des lignes. S'il nous arrive de sous-traiter, c'est toujours dans l'objectif de proposer les meilleurs produits et seulement lorsque que ces derniers nécessitent un savoir-faire spécifique, sur lequel nous n'intervenons pas, ou peu. C'est le cas par exemple de certains produits de la gamme Matispa à base d'algues ou de boue marine.

Une autre de nos spécificités réside dans l'approche que nous avons des produits que nous créons. Elle est fondée sur un service de support en conseil offert en premier lieu par notre institut en propre du 7, avenue Victor-Hugo, à Paris, ainsi que par les instituts avec lesquels nous collaborons. Chacune de nos lignes apporte en effet une réponse ciblée et adaptée aux différents types de peaux, cela n'étant possible que si nous pouvons en amont offrir à nos clients l'analyse leur permettant de faire le meilleur choix.

ABN AMRO Commercial Finance vous offre actuellement une solution de financement de vos créances commerciales à l'export. Quelles sont les raisons de votre recours à cette solution de financement ?

Notre collaboration avec ABN AMRO Commercial Finance existe bientôt depuis dix ans. Bien que soutenus par nos banques, nous souhaitions obtenir un financement supplémentaire, souple et moins lourd administrativement comme peuvent l'être les MCNE « mobilisation de créances nées à l'étranger ». Notre choix s'est porté sur ABN AMRO Commercial Finance auprès de laquelle nous avons choisi de mobiliser une bonne partie de notre portefeuille export. Notre CA se réalise en effet à 83 % à l'international, où nous sommes présents dans près de 70 pays à travers des sociétés d'agents distributeurs qui proposent exclusivement nos produits au travers d'un réseau de distribution en instituts et retail (grands magasins et parfumeries sélectives). Avec 17 % de CA, notre développement national est pour l'instant cantonné au réseau des instituts de beauté et, pour une faible part (environ 5 %), à celui des Grands Magasins. L'activité commerciale étant développée en direct, la clientèle est principalement constituée par de petits commerçants ayant un chiffre d'affaires peu important. Ce sont donc des créances que nous n'avons pas besoin de mobiliser.

Envisagez-vous d'investir de nouveaux marchés ?

Aujourd'hui, 50 % de notre chiffre d'affaires export se réalise en Europe. Principalement en Italie, en Suisse et en Angleterre. Nous prévoyons effectivement de poursuivre encore notre développement dans les quatre pays « BRIC ». Ainsi, après la Russie et la Chine où nous sommes déjà présents, il nous reste à développer le Brésil et l'Inde.

Ce site Web utilise des cookies pour rendre votre expérience de navigation plus efficace et agréable. Plus d'informations sur les cookies