Pourquoi les objections des entreprises à la réduction du CO2 ne tiennent pas la route

img

- 03 novembre 2021

Il est de plus en plus admis qu'il est urgent d'agir pour lutter contre la crise climatique et que les entreprises ont un rôle crucial à jouer. Mais le changement rencontre inévitablement des résistances et des objections peuvent être soulevées par toute une série d’acteurs, qu’ils soient internes ou externes, notamment le personnel, les fournisseurs, les clients et les consommateurs

 Alors que le monde se remet lentement des dégâts causés par la Covid-19, 2021 a montré que la prochaine crise mondiale est bel et bien à nos portes et que les entreprises ont un rôle énorme à jouer lorsqu'il s'agit de limiter les dégâts.

 

Une action immédiate est nécessaire

Les scientifiques ont prévenu que les émissions de carbone devaient être réduites de 45 % au cours de cette décennie si l'on voulait limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C et éviter qu'il ne soit irréversible. Cependant, un récent rapport de l'Agence internationale de l'énergie indique que les émissions de dioxyde de carbone devraient connaître cette année la deuxième plus forte hausse annuelle de l'histoire. Une hausse similaire des émissions a eu lieu après la crise financière de 2008, lorsque les économies se sont remises de la récession mondiale.

En outre, une analyse des Nations unies publiée au début de l'année a révélé une trajectoire ascendante accablante pour les émissions mondiales de dioxyde de carbone, malgré les nouveaux plans de réduction du CO2 mis en place par des dizaines de pays, y compris les principaux émetteurs comme les États-Unis et l'Union européenne.

On peut toutefois espérer que la prochaine COP26 (Conférence des Nations unies sur le changement climatique) débouchera sur un accord mondial significatif sur les mesures draconiennes à prendre.

 

Les entreprises doivent se joindre au combat

La réduction des émissions de CO2 est manifestement un élément essentiel de la lutte contre le changement climatique et devrait faire partie intégrante des stratégies des entreprises, quelle que soit leur taille.

Les exigences en matière de responsabilité des entreprises augmentent considérablement, tout comme les demandes en matière de transparence. Il n'existe pas de solution unique pour réduire les émissions de CO2. Les entreprises devront examiner individuellement ce qu'elles peuvent faire pour devenir plus durables et devront contrer les objections à de telles initiatives de durabilité.

Nous examinons ici trois objections courantes ainsi que leurs contre-arguments pour aider à prouver qu'il est temps de repenser différemment et d'agir.

 

1/ "Les consommateurs ne se soucient pas de la durabilité ou de la réduction du CO2 lorsqu'ils prennent leurs décisions d'achat".

Cet argument est en passe de devenir obsolète. Le nombre de consommateurs de plus en plus conscients des enjeux liés à la durabilité suit une tendance à la hausse depuis des années, mais comme plusieurs évolutions, elle a été stimulée par Covid-19. Un récent rapport d'Economist Intelligence Unit, commandé par le WWF, a révélé que la popularité des recherches Google relatives aux biens durables a augmenté de 71 % à l'échelle mondiale depuis 2016. La demande de biens durables a surtout augmenté dans les pays à revenu élevé, comme le Royaume-Uni, les États-Unis, l'Allemagne, l'Australie et le Canada. Mais cette tendance s'observe également dans les pays émergents. En Chine, 41 % des consommateurs disent vouloir des produits écologiques, et en Inde, les ventes de produits "naturels" [biologiques] ont augmenté de 13 % depuis 2018.

 

2/ "Passer à la durabilité est coûteux"

Cela peut être vrai à court terme, mais le changement apportera une plus-value à long terme. Modifier les pratiques commerciales pour les rendre plus respectueuses de l'environnement peut être coûteux en termes d’investissement initial.

Les économies d'énergie, par exemple, réalisées en réduisant les émissions ne suffisent pas toujours à compenser les coûts initiaux de conversion. Il peut s'agir de l'achat d'équipements plus durables, de la formation du personnel et des clients aux nouvelles pratiques, ou encore d'une nouvelle campagne de marketing mettant en avant vos références écologiques.

Cependant, à long terme, cela peut augmenter le résultat net, car les consommateurs recherchent des produits plus durables et sont prêts à payer plus cher pour être en phase avec leurs convictions. L'enquête Global Consumer Insights Pulse Survey 2021 de PwC, par exemple, a montré que la moitié des consommateurs mondiaux interrogés ont déclaré être devenus encore plus respectueux de l'environnement. Une augmentation de près de 20 % depuis 2019. En outre, les entreprises qui respectent les normes peuvent obtenir un meilleur accès aux marchés et attirer une demande plus forte pour leurs biens et services.

 

3/ Plus de télétravail et moins de déplacements ont déjà réduit notre production de CO2, c'est suffisant".

S'il est vrai que les restrictions et les changements de comportement induits par la pandémie de la Covid-19 ont réduit la production de carbone de nombreuses entreprises, ils ont pu être compensés par une augmentation d'autres activités. Internet, le cloud et le stockage numérique génèrent des émissions de carbone élevées.

 Au Royaume-Uni, par exemple, l'utilisation d'internet a doublé l'année dernière en raison de Covid, a révélé BT Openreach. Dans le même temps, la pandémie a également poussé l'utilisation du cloud légèrement ou significativement plus haut qu’initialement prévu pour la grande majorité des organisations mondiales (9 sur 10), selon le rapport Flexera 2021 sur l'état du cloud.

L'empreinte carbone de l'internet et des systèmes qui le prennent en charge représente 3,7 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, soit un pourcentage similaire à celui de l'industrie du transport aérien. Selon une étude de Climate Care, ces émissions devraient doubler d'ici 2025. Il existe plusieurs moyens, petits et grands, de réduire l'empreinte carbone numérique de votre entreprise.

 

Comment ABN AMRO peut vous aider ?

Qu'est-ce qu'une banque a à voir avec la durabilité ? Une étude récente montre que le monde de la finance joue un rôle important dans la transition des entreprises vers un développement plus durable. Une enquête menée par le cabinet Addleshaw Goddard auprès de 1 000 directeurs généraux et financiers, investisseurs et assureurs en Grande-Bretagne, en Allemagne, en France et aux Pays-Bas a montré que 92 % des entreprises interrogées avaient été influencées par leur banque pour devenir plus durables. Les banques étaient les plus importantes sources d'influence, suivies par les gouvernements, les investisseurs et les assureurs.

L'un des piliers stratégiques d'ABN AMRO consiste à soutenir la transition de ses clients vers la durabilité. La banque a clairement formulé une stratégie durable avec des ambitions à long terme dans le domaine du changement climatique et de l'économie circulaire. En tant qu'ailier financier, nous offrons aux clients une expertise spécifique sur la durabilité et l'intégrons dans nos produits et services.

Chez ABN AMRO Asset Based Finance, nous pouvons financer la transition des entreprises vers le développement durable grâce à des solutions de financement basées sur les actifs, comme l'affacturage (ABN AMRO Commercial Finance), ou des solutions de financement d'équipements (ABN AMRO Lease), car elles permettent de libérer des liquidités pour des investissements durables.

 Pour en savoir plus >> Sur la route du développement durable (abnamrocomfin.com)

Prenez contact avec nous pour découvrir comment nous pouvons accompagner votre entreprise dans la transition vers un avenir durable à long terme.

Land Life Company et ABN AMRO engagés ensemble pour le développement durable

19 octobre

Chez ABN AMRO, la durabilité est plus qu'un simple mot à la mode. Nous cherchons activement à soutenir les entreprises qui ont une orientation durable. Notre large gamme de solutions de financement flexibles nous permet de soutenir le passage de nos clients à la durabilité. Nous sommes dans le même bateau et contribuons à la création d'une économie stable et d'une société durable.

Blog de la finance durable #1

22 septembre

Premier épisode d'une série de blogs sur le développement durable, Stefan Stübing, Group Sustainable Finance Lead chez ABN AMRO Asset Based Finance, partage son point de vue sur la façon dont le développement durable peut améliorer les performances et avoir un impact significatif sur les entreprises.