Des fables pour les temps difficiles

15/05/2020

Dans la fable d'Esope sur le chêne et le roseau, une puissante tempête abat l'arbre robuste, mais les roseaux se plient au gré du vent et survivent. Ce récit trouve un écho particulier pendant cette période de tempête pour l’économie mondiale et mérite d’être remis au goût du jour par les entreprises qui se demandent comment survivre - et même prospérer.

La pandémie du coronavirus a causé des ravages humains et économiques dans le monde entier. Même si les mesures de distanciation sociale commencent à "aplatir la courbe", les nouvelles de l'apparition d'une deuxième vague dans des pays sortant de l'isolement, signifient que la perspective d'un retour à la normale, ici en France ou ailleurs, reste aussi incertaine que jamais.

Les implications pour les entreprises du monde entier sont monumentales. Deux jours seulement après la mise en place par le gouvernement de restrictions sans précédent sur notre mode de vie, le 17 mars, l’activité économique française est en chute de 35 %, selon l’Insee. L’institut de conjoncture estime qu’un mois de confinement ferait perdre 3 points de PIB annuel à l’économie tricolore. Deux mois de confinement se traduiraient par une chute de 6 points.

Que les organisations aient ou non élaboré des plans d’actions pour faire face à la pandémie, leur mise en œuvre s’est révélée ardue. Inévitablement, peut-être, la plupart des équipes de direction se sont d'abord mises en mode réaction, en concentrant leur attention sur les paiements et les dépenses afin de préserver leurs liquidités.

Malheureusement, bien sûr, de nombreuses entreprises ont dû fermer leurs portes jusqu'à ce que nous sortions de cette crise. Mais, alors que nous entrons dans un deuxième mois de confinement, de nombreuses autres entreprises mettent en place de nouvelles façons de travailler et de faire des affaires.

Nous constatons que certains de nos clients trouvent des solutions pour rapatrier une partie de leur fabrication. D'autres connaissent même une augmentation de la demande, en raison de nouveaux contrats liés au secteur de la santé, par exemple, ou de la demande accrue en biens de consommation domestiques … en pénurie.

Alors la trésorerie reste une préoccupation urgente, il semble de plus en plus évident que les entreprises soient en mesure de palier à toute éventualité – reprise de l’activité incluse. Les financements adossés (Asset Based Lending - ABL) sont un outil idéal pour accompagner les entreprises viables pendant les périodes difficiles et pour s'assurer qu’elles soient prêtes à faire face à une forte demande lorsque le dé-confinement aura finalement lieu.

 

La valeur ajoutée des financements adossés (ABL/ Asset Based Lending)

Alors que les financements adossés peuvent fournir un accès rapide à des liquidités et soutenir les entreprises qui parviennent à rester ouvertes et à surmonter la tempête actuelle, leur véritable avantage réside dans leur capacité à s'adapter à la demande et au volume d’activité de l’entreprise.

En effet, dans le cas de la signature d’un nouveau contrat, d’un regain d’activité de vos clients, nos solutions de financement vous assurent de disposer du fonds de roulement dont vous avez besoin pour vous permettre de profiter de cette opportunité commerciale.

Cédric Bizet, Directeur Commercial d’ABN AMRO Asset Based Finance en France constate que trop souvent que certaines entreprises survivent à une récession mais échouent ensuite parce qu'elles ne disposent pas des liquidités nécessaires pour répondre à une hausse de la demande.

« Là où les prêts traditionnels sont souvent en décalage, les PGE ne faisant pas exception à la règle en générant des dettes complémentaires, seuls les financements d’Asset Based Lending (ABL) évoluent en phase avec l’activité de l’entreprise et vous assurent la puissance de feu nécessaire pour surfer sur la vague de la reprise économique.

Il est probable que, lorsque nous sortirons vraiment du confinement, le monde sera très différent de celui que nous connaissions auparavant

C’est le moment idéal pour forger un partenariat avec un établissement capable de vous aider à traverser ces mois difficiles et de vous accompagner lors de la reprise qui s'ensuivra. »

Cédric Bizet, 
Directeur Commercial 
ABN AMRO Asset Based Finance France

 

Ce site Web utilise des cookies pour rendre votre expérience de navigation plus efficace et agréable. Plus d'informations sur les cookies